الرئيسيةاخبار فلاحيةLes dernières précipitations renforcent la perspective d’une bonne campagne agricole
اخبار فلاحية

Les dernières précipitations renforcent la perspective d’une bonne campagne agricole

Le Maroc a connu d’importantes précipitations généralisées sur le territoire national. Le cumul pluviométrique national moyen au 14 février 2014, est de 194 mm contre 239 mm pour une campagne normale.

Le taux de remplissage des barrages au 14 Février 2014, est de 11,23 Milliards m3 contre 12,36 Milliards m3 à la campagne précédente à la même date. La réserve des barrages à usage agricole est estimée à 9,36 Milliards m3 contre 10,51 Milliards m3 et le taux global de remplissage avoisine 68%.

Etat végétatif des cultures bon

La superficie emblavée au titre de la campagne actuelle est de 4,78 millions Ha contre 5,99 millions Ha la campagne agricole précédente. Cette superficie représente 82% du programme arrêté au démarrage de l’actuelle campagne agricole 2013/14. L’état  végétatif des céréales est globalement satisfaisant et évolue favorablement compte tenu des récentes précipitations.

Dans les zones bour, 50% de la superficie totale semée se trouve dans un état végétatif jugé bon, 32% moyen et 8% médiocre. Ces dernières sont  localisées essentiellement au niveau de la région de Doukkala-Abda (Hmar) et Chaouia–Ouardigha (plateau des phosphates), Marrakech-Tensift – Al Haouz (Skhour Rhamna et Chichaoua) et Souss Massa- Drâa.

La Superficie semée en cultures fourragères est d’environ 413.000 Ha, dont 43% en irrigué, contre 450.000 Ha. Celle-ci est dominée principalement par l’orge fourragère (30%), la Luzerne (24%), l’avoine (17%) dont l’état végétatif est globalement satisfaisant.

La superficie programmée en betterave à sucre au titre de la présente campagne est d’environ 53.500 Ha, contre 37.000 Ha réalisés durant la campagne précédente.

La superficie semée à ce jour est de 51.300 Ha dont 94% sont semés en mono germe. Les principales zones concernées sont : Doukkala (15.560 Ha), Tadla (14.500 Ha), Gharb (11.900 Ha), Moulouya (5.935 Ha) et Loukkos (3.454 Ha).

Pour la canne à sucre, la superficie en place s’élève à près de 14.615 Ha dont 3.115 Ha plantés en automne 2013, sachant que la superficie programmée en plantations d’automne 2013 s’élève à 5.000 Ha.

L’état végétatif de la betterave à sucre est en général bon du fait de la localisation soit au niveau de l’irrigué, soit au niveau des régions qui ont été les mieux arrosées. Cette situation est appelée à s’améliorer avec les dernières précipitations.

Importantes embellies dans les cultures d’exportation au 31 janvier 2014

Les exportations globales de primeurs  sont d’environ 389.940 Tonnes contre 341.900 T à la même date lors de la campagne précédente enregistrant ainsi une hausse de +14% principalement grâce à la tomate (+9%), la courgette (+47%), le poivron (+25%) et l’haricot vert (+27%).

La production d’agrumes est estimée à 2,2 millions de tonnes, soit une augmentation de 47% par rapport à la saison dernière et de 35% par rapport aux cinq dernières campagnes agrumicoles. Les Clémentines représentent près de 37%, Maroc Late 22%, Navel 18% et Autres 23%.

Les exportations globales sont de 390.310 T, soit une hausse de 38% comparativement à la campagne précédente. Celles des exportations des petits fruits sont d’environ 373.644 T, soit une hausse de 44% par rapport à la campagne précédente.

Etat du cheptel

Le début de l’actuelle campagne agricole a connu un déficit hydrique, mais les dernières pluies enregistrées au niveau de la plupart des régions du Royaume ont été bénéfiques pour les parcours en particulier et pour le couvert végétal en général.

Ainsi, le surplus du stock fourrager de la précédente campagne agricole utilisé pendant la période de soudure a permis de couvrir les besoins du cheptel pendant cette période d’automne.

Cependant, certaines zones du pays, notamment celles du Sud, du Sud Est et de l’Est, où le déficit pluviométrique a été important devraient bénéficier d’un programme de sauvegarde du cheptel.

 

 

Situation provisoire de l’assurance agricole

La superficie totale contractée s’élève à environ 680.000 Ha, soit 97% du programme arrêté au titre de l’actuelle campagne agricole (700.000 Ha). La nature des risques couverts s’articule autour de la sécheresse, grêle, excès d’eau, les vents violents (plus de 80 km/h), le gel, les vents de sable.

Les cotisations de l’agriculteur varient de 16  à 398 DH/Ha selon le niveau correspondant au capital couvert, soit un taux de subvention de l’Etat aux cotisations variant de 90% à 57,3%.

L’actuelle campagne agricole connait le lancement en cours d’un programme de garantie multirisque pour l’arboriculture fruitière également.

 

Opération Pilote de lutte contre les maladies foliaires des Céréales

Une opération de sensibilisation a été lancée dans la finalité d’informer les agriculteurs sur l’importance de la lutte contre les maladies foliaires du blé (rouilles et septorioses), visant la sauvegarde du potentiel de production des céréales. Le  programme retenu au titre de 2013/14 vise le traitement de 34.000 Ha, dont 31% par voie aérienne, touchant les principales régions à vocation céréalière.

Perspective d’évolution de la campagne céréalière

Le déroulement de cette campagne est caractérisé par les faibles précipitations au démarrage et à l’installation des cultures d’automne au niveau des différentes régions à vocation céréalière, la prédominance des semis de saison, les semis précoces ont concerné une superficie de 230.000 Ha. L’état phytosanitaire est satisfaisant dans l’ensemble des régions agricoles.

Comparée à la série des 30 dernières années, l’actuelle campagne agricole s’annonce favorable. Sa performance reste tributaire des conditions climatiques qui prévaudront durant les mois de mars et avril, coïncidant avec la croissance et de développement des différentes phases des cultures en place.

Il est à signaler que les précipitations récemment enregistrées auront des impacts positifs, notamment sur :

–       le rythme de développement des cultures d’automne, notamment les céréales d’automne de semis tardif;

–       l’amélioration du développement de l’arboriculture fruitière;

–       la cadence des travaux d’entretien des céréales d’automne (lutte contre les mauvaises herbes, application des traitements fongiques et épandage des engrais de couverture);

–       l’amélioration du couvert végétal des parcours ;

–       le rythme d’installation des cultures de printemps (tournesol, pois chiche, maïs,…),

–       l’amélioration du taux de remplissage des barrages et le niveau des nappes phréatiques ainsi que l’économie des frais d’irrigation.

اضف تعليقك

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *